studio fondations site web

Salutations !

Voici le premier article d’une série consacrée à la création d’un site web professionnel sous WordPress et orienté pour les métiers du spectacle. Créer son site web est un long processus mais il existe aujourd’hui de nombreux outils pour faciliter cette mise en œuvre. Ce sera le sujet de ce préambule, et dès l’article suivant toutes les étapes jusqu’au design de votre site seront détaillées pas-à-pas.

Ce guide se divise en trois parties :

  • La première aborde quelques notions sur le développement web puis la mise en place d’un hébergeur et du nom de domaine, suivi d’une adresse mail professionnelle, pour terminer par l’installation de WordPress.
  • La seconde s’attaque aux outils de construction de page et de design. Une fois ce système expliqué, quelques conseils et méthodes vont sont donnés avant de vous laisser développer et expérimenter votre site WordPress en autonomie.
  • La troisième partie est plus spécifique et traite de l’Ux Design et du référencement sur les moteurs de recherche. Sa lecture est plutôt recommandée pour les établissements culturels.

 

La création d’un site web est une nécessité pour beaucoup de secteurs professionnels, le domaine artistique n’y faisant pas exception. Musiciens, danseurs, chanteurs peuvent également trouver un intérêt auprès de ce guide, même si les exemples proposés sont davantage orientés vers le monde théâtral.

Au cours de cet article qui est une introduction au guide, nous poserons les bases de la création d’un site web, étudierons les différentes options possibles, et pourquoi WordPress s’impose à mon sens comme le meilleur compromis possible.

Dernier point important à préciser, si WordPress est un outil gratuit, ce n’est pas le cas du nom de domaine qu’il faudra acheter auprès d’un hébergeur. Si vous êtes réticent à cette idée, je vous engage malgré tout à lire cet article qui détaille les autres options gratuites qui peuvent s’offrir à vous.

 

 

ÉTENDRE SES OPPORTUNITÉS PAR LE WEB

La création d’un site web est bien souvent un processus pouvant s’aborder selon différents angles. Il faut réfléchir à son design, construire sa structure, son ergonomie, l’optimiser, améliorer son référencement, son affichage mobile et navigateur… La liste est longue mais la quantité de travail à réaliser dépend surtout de votre méthodologie et du choix de votre outil de création.

Qui plus est, avant de se prendre la tête sur tous ces éléments qui ont tôt fait d’en rebuter plus d’un, la base d’une démarche de création de site web, c’est de réfléchir à sa fonction, à son contenu, et à son public. C’est ici que doit se concentrer en priorité votre énergie et votre attention, et c’est sur ce socle que peut se construire votre réflexion. Le contenu est en même la clé principale puisque qu’il donne une structure à votre projet.

Bien souvent pour un comédien, créer son site c’est exécuter le fameux combo Cv + Book + Bande Démo, avec un bonus « encart promo » pour votre spectacle en cours et vos dates de tournée. Mais ce contenu doit être structuré pour le web : un CV peut par exemple devenir un portfolio reconduisant sur vos différents projets et participations, avec descriptions et photos spécifiques. Vous pouvez aussi l’étoffer, et rajouter des services (coaching, voix, animations…), intégrer des podcasts audio, où même créer un blog. Idem pour une compagnie qui peut en outre présenter ses membres, ses actions sur le territoire, ou ses ateliers et stages. Tout dépend au fond de votre activité et de vos choix de présentation et de positionnement.

Créer son site, c’est aussi raconter une histoire. C’est un véritable outil créatif, et de fait également un moyen pour vous différencier. À votre contenu vient s’ajouter un style, une façon de présenter les choses, mais également une identité visuelle constituée de formes, de couleurs, de police d’écriture, qui déterminent une empreinte graphique propre et unique. Comme si vous construisiez une petite maison à l’intérieur des terres d’Internet, et chaque personne visitant votre site fait la découverte de votre univers.

C’est même un enjeu essentiel, puisqu’avoir cet espace qui vous définisse est une façon de contrôler au mieux votre « identité numérique » et d’être capable de la faire évoluer à votre gré. À ce titre, vous devez être propriétaire de votre site, ce qui passe notamment par un nom de domaine qui vous est propre et qui renforce également votre crédibilité.

Enfin ne soyons pas dupe non plus, vouloir créer son site web par soi-même, c’est aussi chercher à préserver son budget au maximum, ce qui est parfaitement entendable. Pour ce faire, il existe de nombreuses opportunités plus ou moins gratuites qui seront détaillés dans le prochain paragraphe.

 

ÉTUDIER LES OPTIONS DE CRÉATION POSSIBLES

À ce stade, après avoir mis au clair l’objectif de votre site, son contenu, et sa cible, il est l’heure de partir à la découverte des différentes méthodes de création d’un site web. Plusieurs options sont envisageables comme celle de choisir un CMS (ce sera notre cas), ou bien un Framework (plus compliqué), ou même la suite Adobe pourquoi pas (soyons fou). Connaître ce vocabulaire particulier n’est pas forcément nécessaire, ni même d’ailleurs très amusant, mais retenez par contre qu’il définit votre site. Par exemple, on parle de « site WordPress » , ou de « site Joomla », ou bien de site construit avec Laravel, Muse, ou Ruby (Twitter par exemple est anciennement un site Ruby). Bref, la liste est très longue et cela ne change rien techniquement pour vous, hormis comprendre un peu plus l’écosystème dans lequel vous entrez.

 

 

De même créer un site c’est avoir recours à des templates et des plugins. Les templates sont des modèles de pages, des thèmes, qui vont apporter des éléments graphiques et un design préconstruit. Les plugins sont des extensions destinées à compléter les capacités de votre site et à rajouter par exemple une galerie photos interactive, un formulaire de contact, des modules de newsletters… On ne conçoit aucun site en partant d’une « feuille blanche », mais au contraire en allant puiser dans les ressources mises à disposition par le logiciel choisi.

C’est sur les CMS (Content Management System), ou plus simplement « outil d’édition » que nous concentrons notre attention. Ce sont des logiciels de création de site qui permettent de créer, d’éditer et de publier un ensemble de contenu web, mais également d’en construire le design. Il en existe une quantité invraisemblable permettant à tout un chacun de mettre en place un site sans taper une ligne de code, mais leur nombre est tellement important qu’il peut être difficile de faire un choix. Pourtant en définitive, leurs ressemblances sont nombreuses et ils proposent plus ou moins les mêmes choses. On ne choisit donc que très peu selon des fonctionnalités précises, mais davantage selon des questions de coût, de facilité de prise en main, et de ressources mises à disposition.

 

Il existe aussi des solutions « clé en main » de création de site pour comédiens comme les offres présentes sur acteurs.com ou canalcast.com Ce sujet est développé de façon plus approfondie dans un autre article.

 

CRÉER SON SITE À L’AIDE « D’OUTILS D’ÉDITION » OU CMS

Petite note : « Outil d’édition » n’est pas la traduction littérale de CMS, qui en français se traduirait plutôt par « Système de Gestion de Contenu », mais je trouve que c’est un raccourci efficace pour comprendre simplement leur usage.

Si aujourd’hui la création d’un site web est devenue une tache plus abordable à tous néophytes de l’informatique c’est en particulier grâce à ces fameux outils d’édition qui pullulent sur Internet, proposant à tous l’installation et le développement d’un site rapide, sécurisé, et soigné. Les CMS sont de formidables outils accessibles qui se divisent en deux catégories : CMS propriétaire versus CMS open-source (soit libre à l’exploitation).

 

C’est bien, c’est beau mais c’est à demi gratuit.

Dans la grande famille des CMS propriétaires ou hébergés, on retrouve le populaire Wix par exemple, qui est un produit de qualité et sans doute l’un des éditeurs les plus simples à l’utilisation. Du même acabit mais moins connu, on retrouve Jimdo, Weebly et SquareSpace, qui s’arrachent le reste du podium.

Si Wix propose le plus de ressources à disposition, tous vous permettront de créer des pages pour votre site web, de charger vos photos, de créer un blog, d’avoir un site responsive (c’est-à-dire l’affichage optimisé pour écran de téléphone), d’avoir une main presque libre sur votre design, de chercher de l’aide auprès du support ou de leur communauté, de télécharger des modèles de page ou des applications…  Chacun a bien sûr ses spécificités, notamment sur leur interface utilisateur, mais leurs différences sont assez minimes.

Attention toutefois, si leur simplicité d’utilisation et leur gratuité apparente ont fait leur succès, vous restez très limité dans vos possibilités. Déjà les versions gratuites sont incomplètes et ne proposent pas toutes les fonctionnalités. Vos options de référencement, e-mail pro, espace de stockage ou la rapidité de votre site sont aussi impactés. Pire encore, des bandeaux de publicités peuvent s’afficher automatiquement comme c’est souvent le cas avec la version gratuite de Wix.

 

 

Enfin surtout, vous n’avez pas de nom de domaine propre, vous n’avez pas accès aux fichiers de votre site, vous ne pouvez donc ni les sauvegarder, ni les transférer, ni les modifier (en clair, vous êtes coincé·es, et tout changement de site ou d’outil signifie un départ à zéro). Si certaines options peuvent paraître séduisantes, elles sont légères, insuffisantes et ordinaires par rapport aux CMS open-source qui ont bien plus de flexibilité et de possibilités.

 

C’est super bien, c’est entièrement gratuit, mais c’est un peu plus compliqué.

Lorsqu’un CMS est libre ou « open-source » cela signifie que n’importe qui peut lire, modifier ou redistribuer le code source du logiciel. Si pour un utilisateur lambda cette particularité est minime, en pratique cela conduit à une grande polyvalence, et une meilleure autonomie.

Pour commencer, l’installation est gratuite et complète, il n’y a pas de frais de licence. Le logiciel étant libre et accessible, nombreuses sont les applications et ressources qui peuvent être ajoutées facilement. On trouve par exemple plus de 10 000 thèmes et de 40 000 extensions sur WordPress contre moins de 1000 thèmes et 500 applications chez Wix.

Très populaires sur le web ces CMS sont aussi riches en explication et documentation. Il existe de nombreux tutoriels, articles voir même des formations gratuites ou payantes sur leur utilisation.

Les principaux CMS open-source sont WordPress, Joomla! et Drupal. Mention également pour le logiciel Typo3 qui moins célèbre que ses concurrents reste une solution équivalente. Si vous êtes curieux, Joomla est l’outil qui se rapproche le plus de WordPress, tandis que Typo 3 c’est vraiment pour les geeks, et choisir Drupal revient à utiliser un tracteur pour cueillir une pâquerette.

 

 

À noter que l’usage de ces outils peut cependant présenter quelques inconvénients. La prise en main peut être délicate et le nombre important de fonctionnalités et de ressources rend le travail certes plus minutieux mais par causalité plus long également ; vous y passerez donc plus de temps et d’efforts qu’avec un CMS propriétaire.

Enfin leur installation n’est pas évidente, et c’est souvent cette étape qui rebute de nombreux utilisateurs. Au démarrage d’un CRM open-source, il faut configurer une base de données et une url Internet pour accueillir l’ensemble de vos fichiers/données (comme pour la construction d’une maison par exemple : il vous faut d’abord un terrain et une adresse). Aujourd’hui cependant ce processus est très simplifié par bon nombre d’hébergeurs qui proposent des installations automatiques.

 

Et si je souhaite faire appel à un développeur ou une agence ?

Si vous n’avez ni le temps, ni l’envie, et la capacité d’investir une certaine somme, déléguer tout ce travail de création peut-être une bien meilleure option. Quelques agences artistiques ou de communication peuvent proposer la création d’un site, mais pour des petits projets, il est aussi possible de passer par un développeur indépendant.

Que ce soit agence ou développeur, beaucoup travaillent sur les CMS WordPress et Joomla en priorité, du fait de leur simplicité d’utilisation et de leur popularité (le reste oscille entre Framework et autre CMS). De plus, un développeur est souvent habitué à ses propres thèmes et plugins, ce qui permet de fixer le contenu et son design plus rapidement.

Les étapes de travail peuvent cependant être différentes. Un développeur/agence commencera par le paramétrage de l’hébergeur, son optimisation, puis le choix de l’outil d’édition. Plusieurs discussions seront nécessaires pour qu’il puisse cerner vos envies, votre identité, et la retranscrire le plus fidèlement possible. Le travail en amont peut donc être plus important avec la création de maquettes ou d’arborescence par exemple. Mais en pratique il est toutefois assez rare de suivre ce genre de procédé, à moins d’être tout une équipe de développeurs ou de travailler sur un projet bien spécifique.

Enfin la question du prix est très fluctuante. Il peut y avoir un coût à la page, au projet, aux nombres d’heures… Plus vous avez de contenu, plus la quantité de travail sera importante. Vous pouvez également payer pour une charte graphique ou du référencement, une optimisation de votre site, une intégration d’outils de re-marketing… Breeeef, la liste s’allonge rapidement et le prix également.

À titre d’exemple, si je devais vendre un site pour un comédien son prix se situeraient entre 700 à 900€ pour environ une journée de travail. C’est un tarif qui engloberait : l’hébergeur, le design, l’affichage mobile, le contenu, le référencement et l’optimisation/sécurité générale du site. Mais ce n’est qu’une estimation, et un travail avec un client est forcément plus long et flexible.

 

POURQUOI CHOISIR WORDPRESS ?

WordPress représente plus d’un tiers du web. C’est une part énorme, mais c’est également le CMS le plus populaire et de loin par rapport à ses autres concurrents principaux ; Joomla et Drupal n’ont ni la même aura, ni la même facilité d’utilisation.

Créé en 2003, c’est un outil aujourd’hui plébiscité par une énorme de communauté de développeurs et d’internautes qui l’améliorent constamment. Les mises à jour sont donc fréquentes, ce qui est plutôt une bonne chose, gage d’un suivi face à l’évolution des pratiques web, du design ou encore des algorithmes de référencement.

 

 

Sa gestion ou sa « maintenance » n’est pas très compliquée, et pour le coup pratiquement automatique si votre hébergeur prend en charge les mises à jour et les sauvegardes de base de donnée.

Viennent ensuite les deux points qui sont à mon sens les plus importants de tous :

  • Vous avez une flexibilité de dingue. Ajouter des fonctionnalités dans WordPress se fait très facilement, et un besoin de sécurité, de performance, d’e-commerce, même de traduction peut être aisément résolu. Vous pouvez créer des dizaines de pages sans problème, et WordPress fonctionne aussi bien pour un site personnel, qu’un site associatif, ou pour une école, un théâtre, une compagnie, un orchestre… Même Disney fait ses sites avec WordPress !
  • Vous êtes autonome. WordPress est comme une fondation, c’est une solution faîte pour durer et évoluer dans le temps avec votre activité. Mais vous êtes aussi propriétaire de vos données, vous pouvez les sauvegarder ou les migrer vers un autre site sans perte.

 

Si WordPress reste un outil facile d’utilisation, il peut toutefois être difficile à prendre en main suivant vos dispositions. Quelques fonctions sont laborieuses et sa polyvalence demande un socle de connaissance web étendu. C’est aussi un instrument à manier avec attention pour éviter des problèmes de sécurité ou de chargement trop lent. Mais de toutes les solutions existantes, c’est l’une des plus abouties et polyvalentes, et vous pouvez avoir la certitude d’avoir entre les mains un produit fiable, gratuit, et professionnel.

 

POURQUOI C’EST PAYANT ?

Pour que WordPress fonctionne, il lui faut comme indiqué auparavant, une base de données et une url. À moins de créer votre propre serveur ce qui est une sacrée gageure, il vous faudra passer par un hébergeur.

Tout comme les offres de création de sites web, il existe de nombreux hébergeurs avec différents modes, tarifs et options, mais tous partagent la même fonction : celle de vous louer un serveur pour stocker vos données. On ne paie donc que rarement pour un site, les coûts encourus sont liés à l’attribution d’une url et d’un espace sur Internet ; par la suite vous décidez de son utilité, que ce soit pour présenter votre activité ou pour vendre des places de spectacles, aux yeux de l’hébergeur c’est la même chose et le même tarif.

Les offres des hébergeurs sont toutes construites sur le même modèle : c’est un abonnement à renouveler annuellement. Vous pouvez aussi payer plusieurs années de location d’un coup pour obtenir des réductions sur votre investissement. Ce guide préconise l’utilisation de l’hébergeur SiteGround qui propose un tarif de base à 6€ par mois. C’est un prix moyen sur le marché, mais c’est l’un des hébergeurs les plus réputés. (Nda : Choisir un hébergeur est je trouve une question trop précise et moins nécessaire, donc je n’ai pas écrit d’article dessus. Si toutefois vous souhaitez en apprendre davantage ou étudier d’autres offres disponibles, je conseille la lecture de cet article).

Vous devez aussi savoir que sur les nombreux thèmes ou plugins proposés pour WordPress, nombreux sont payants (souvent à l’achat pour les thèmes et à l’abonnement pour les plugins). Il reste possible d’obtenir de très bons résultats sans débourser, mais si par contre, vous désirez un site marchand, ou si vous souhaitez développer le site d’un théâtre, d’une école, ou d’une association, il vaut mieux partir sur un thème payant pour éviter de se compliquer la vie pour rien.

Nous arrivons au terme de ce préambule et j’espère que vous en ressortez avec une vision plus claire sur votre projet et vos possibilités ! Beaucoup de choses ont été dites, n’hésitez pas à commenter si vous souhaitez des éclaircissements. Le guide commence officiellement dès le prochain chapitre avec l’inscription et la configuration de votre hébergement.

 

Benjamin Profil édito BouletCorp

ÉCRIT PAR : Benjamin

Double parcours en communication et théâtre, je passe mon temps à étudier et à produire des contenus pour Parlons Théâtre. On peut se croiser à la bibliothèque, au théâtre, ou autour d’un verre.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.